m2, un succès sur rail !

Après un an de mise en service commerciale, le premier métro automatique de Suisse tient ses promesses. Mieux, il les dépasse. Pour la grande satisfaction de ses voyageurs qui se le sont naturellement et très rapidement approprié. Bilan d’une année d’exploitation riche en enseignements.

Prendre le m2, on n’y réfléchit même plus, on le fait. Une habitude dont on pourrait aujourd’hui difficilement se passer. Le m2 a transformé notre quotidien tout en modifiant le visage de la ville de Lausanne, raccourcissant ses distances, aplanissant ses pentes.

Les clients et « leur » m2

Lausannois, Vaudois, pendulaires ont fait de « leur » métro un succès sur rail. Ils ont contribué largement à son bon fonctionnement, apprivoisant au mieux les particularités de ce nouveau moyen de transport. Sur cette première année, en effet, la proportion d’incidents de la responsabilité des voyageurs est inférieure à 20%, alors que généralement il atteint aisément les 50%.

En votant en faveur du m2, en 2002, les Vaudois misaient sur un métro capable d’absorber 23,3 millions de passagers annuels, quatre ans après sa mise en service. La progression est plus rapide que prévue puisque, après un an d’exploitation, le m2 affiche plus de 21 millions de voyageurs à son compteur.
Lors de sa mise en service commerciale, le 27 octobre 2008, le m2 arrive en complément à un réseau de surface (m1 et (trolley)bus) entièrement réorganisé. Le lancement de Réseau 08 – qui offre, en décembre 2008, 10% de prestations supplémentaires – se fait rapidement ressentir sur le m2 avec un taux de charge accru sur le tronçon entre la Gare CFF et Croisettes. Sans surprise, Lausanne-Flon est la station la plus sollicitée et devient la troisième gare de Suisse romande en termes de trafic voyageurs. Ce dernier est le plus concentré sur l’heure de pointe du matin (7h-8h). Le vendredi est la journée la plus pleine, mêlant activités et déplacements quotidiens à ceux du début de week-end.

En un an, aucun accident grave ni aucune mise en danger de clients ne sont survenus. Les clients se sentent en sécurité dans leur m2, comme l’a révélé l’enquête réalisée en mars dernier. Globalement satisfaite à plus de 80%, la clientèle du m2 apprécie surtout sa rapidité (82%), son côté pratique (76%) et agréable (62%). Afin de réagir au point d’insatisfaction le plus important soulevé par cette même enquête – le manque de place aux heures de pointe – les tl ont fait en sorte, grâce à de nombreux tests effectués par les équipes en soirée et durant le week-end, d’augmenter la fréquence de 3’15 min à 2’50 en heure de pointe. Effective depuis le 24 août dernier, cette mesure offre une amélioration de capacité de plus de 12% aux heures de pointe, permettant d’absorber 600 voyageurs supplémentaires par jour. Pourtant, il arrive que des clients restent à quai en stations de Lausanne-Gare et de Lausanne-Flon alors que la rame n’est pas pleine. La clientèle est encouragée à poursuivre son apprentissage pour une utilisation toujours plus optimale du m2. L’entreprise tl, de son côté, faisant preuve de flexibilité et de réactivité, continue de travailler sur la fluidité des flux de passagers. Autre mesure prise : le rajout régulier, le week-end, de rames supplémentaires afin de faire face à la fréquentation accrue de passagers.

Du côté de l’exploitation et de l’exploitant

L’objectif 2009 au niveau de la disponibilité du système de transport a été fixé à 99% par mois, à atteindre de manière continue sur les trois derniers mois de l’année 2009. Cet objectif est tout juste tenu depuis août. De manière générale, la disponibilité est bonne mais sa régularité doit être améliorée.

Une soixantaine d’incidents ont émaillé cette première année d’exploitation, provoquant les arrêts partiels ou totaux de la ligne pour une durée supérieure à 30 minutes. Les causes principales de ces perturbations sont à attribuer en premier lieu aux automatismes avec la perte de transmission des ordres informatiques de circulation des trains. Puis, au système de transport, les pannes restant principalement liées à la traction. Enfin, aux portes palières avec des pertes de verrouillage des portes battantes de secours. Les automatismes, bien qu’apparaissant comme le talon d’Achille de la fiabilité et de la disponibilité de l’offre pour cette première année d’exploitation, démontrent petit à petit leur capacité à être le garant fort de la qualité, de l’efficacité et de la souplesse de l’offre commerciale.

Au fil de cette première année, la fréquence de ces incidents « lourds » a diminué, de même que leur durée. Cette diminution notable est à mettre en lien direct avec le professionnalisme du personnel tl qui, au fil des mois, a su acquérir une maîtrise plus aisée de ces situations. Rappelons que 90 collaborateurs contribuent au fonctionnement du m2. Septante nouveaux postes y ont été créés, nécessitant une formation spécifique.

Evolution pour 2010

Ce n’est qu’en roulant et en transportant sa clientèle que le m2 pouvait se révéler dans toute sa complexité. Clients et exploitant ont évolué dans leur apprivoisement respectif du m2 tout au long de cette première année de rodage. Les incidents auxquels l’exploitant a été confronté ont permis un retour d’expérience bénéfique qui tend vers l’optimisation du système.

e processus de maturation, de concert avec les fournisseurs, vise désormais une disponibilité de 99,5% pour 2010, ce qui représente un nombre de pannes et d’incidents divisés par deux en comparaison de 2009. En parallèle, un travail sur l’équilibrage des démarrages et freinages des trains doit être lancé avec pour objectif de réduire la facture d’énergie électrique de 10% – le m2 consommant plus de 13 millions de KW/H par an.
Les équipes poursuivent les tests en vue, principalement, de l’adaptation de la capacité à la demande, une meilleure utilisation de la capacité ou une augmentation de la vitesse des trains.